Crédit aux entreprises

  • Entreprendre n’est pas l’apanage des hommes dans notre société. Cependant, il est encore bien nécessaire de promouvoir l’entreprenariat au féminin. De plus, les jeunes entrepreneurs devraient plus que jamais bénéficier des informations adéquates pour mener à bien leur entreprise. Febelfin en a bien conscience et met en place différentes initiatives pour provoquer la prise de conscience nécessaire.  

  • Les petites et moyennes entreprises (PME) jouent un rôle important dans notre société. Elles sont le moteur de l'innovation et de la concurrence au sein de l'économie. Cependant, pour avoir un impact sur l'économie, les PME doivent pouvoir disposer d’un financement adéquat. Or, ce financement s’accompagne de nombreux défis.

  • Cette année encore, les entreprises belges et européennes apprécient la disposition des banques à accorder des crédits. Elles ne perçoivent donc pas l’accès au financement comme un problème préoccupant. C’est ce qui ressort de la 13ème édition de la Survey on the access to finance of enterprises in the euro area (SAFE) publiée par la Banque centrale européenne (BCE) le 2 décembre dernier. 

  • Au troisième trimestre de 2015, la demande de crédit poursuit son redressement prudent. Cette évolution cadre avec l’information récente selon laquelle les entrepreneurs jettent un regard de plus en plus positif sur la conjoncture1. L’évolution positive persistante de la demande de crédit s’explique aussi par le maintien de taux d’intérêt toujours très avantageux. Ainsi, le taux d’intérêt pondéré moyen pour les nouveaux crédits fluctuait‑il toujours aux alentours de 2% en octobre 2015.

  • Des résultats du Baromètre trimestriel des crédits de Febelfin, il ressort que la demande de crédit continue à connaître un redressement prudent au cours du deuxième trimestre de 2015. Cette évolution positive semble s’expliquer par des taux d’intérêt très avantageux et l’amélioration du climat économique. Le taux d’intérêt moyen fluctue ainsi aux alentours de 2%.

  • Les nombreux changements au niveau du marché agricole génèrent de multiples défis dans le secteur, ainsi qu’une chute des prix notamment dans les domaines de la production de lait, de la viande porcine et bovine. Le business model de certaines exploitations est remis en cause par la volatilité actuelle du marché, ce qui peut entraîner des difficultés financières pour celles-ci. Le secteur bancaire prête attention à ces exploitations, et plus particulièrement à leur situation financière globale ainsi qu’en termes de liquidité.

  • Au cours de la réunion de concertation, il a également été décidé de créer un Point de contact central chez Febelfin

    Lorsqu’une entreprise agricole qui rencontre des difficultés financières en raison de la volatilité sur le marché agricole ne parvient pas à dégager une solution satisfaisante avec son banquier, elle peut en informer son organisation agricole qui fait partie de l’Agrofront.

    Lorsque l'organisation agricole concernée estime que l’entreprise agricole est confrontée à un réel problème de liquidité ou de solvabilité et que la banque n’a pas fait suffisamment d'efforts pour parvenir à une solution, elle peut en informer le Point de contact central chez Febelfin. Febelfin prendra alors contact avec la banque concernée afin d'identifier les problèmes éventuels et de les porter à l’attention de la banque. Chaque banque dispose dans ce cadre d’un point de contact fixe qui se chargera de réexaminer le dossier.

    Si une entreprise agricole souhaite joindre le Point de contact central, elle devra en première instance en informer son organisation agricole qui fait partie de l’Agrofront.

     

  • Les nombreux changements au niveau du marché agricole génèrent de multiples défis dans le secteur, en particulier dans le domaine de la production de lait et de la viande porcine. Le “business model” de certaines exploitations est remis en cause par la volatilité actuelle du marché, ce qui peut entraîner des difficultés financières pour celles-ci. Le secteur bancaire prête attention à ces exploitations, et plus particulièrement à leur situation financière globale ainsi qu’en termes de liquidité.

Pages