Un bon dossier de crédit

L'actionnaire/entrepreneur est supposé communiquer des informations significatives concernant :

  • l'entreprise, comme la stratégie d'entreprise, le business plan et la situation de l'entreprise au sein de son secteur.
  • la situation financière y compris les comptes annuels, l'évolution et le contenu des principaux postes, le financement, y compris les crédits, l'autofinancement, les sûretés consenties (au niveau de l'entreprise et du groupe) et la gestion des liquidités.
  • le propriétaire et la direction générale à propos de l'expérience professionnelle et des compétences (diplômes) de la direction de l'entreprise (gérant/propriétaire) ainsi que leur situation familiale et patrimoniale, leurs intérêts et leurs activités et contribution dans le cadre de l'entreprise.
  • la politique en matière de rémunération et de distribution de dividendes.
  • la gestion de risques en ce qui concerne les pays, secteurs, devises étrangères, assurances, etc.
  • gouvernance et compliance
  • audits d'entreprise
  • matières juridiques, telles que les statuts, les administrateurs, la structure du groupe et les flux de trésorerie intragroupe, les litiges juridiques pendants ou possibles.
  • Un bon dossier contient par ailleurs des informations à propos des antécédents et de la situation existante :
  • comptes annuels approuvés (et consolidés) pour les trois derniers exercices, y compris la qualification des comptes annuels par un auditeur (le cas échéant).
  • chiffres intermédiaires qui illustrent les obligations existantes et futures et la capacité de remboursement.
  • obligations "hors bilan" (dérivés, litiges juridiques, garanties en souffrance de la société, options, canon en cas de droit de superficie, etc.) et règles d'évaluation.
  • plan et réalisation de(s) liquidités, si souhaité, ainsi que les retards de paiement et la façon de les éliminer (le cas échéant).
  • crédits (y compris les engagements"hors bilan", par ex. les dérivés) et garanties auprès d'autres institutions (y compris l'affacturage, l'ONSS, la TVA, d'autres dettes publiques, leasing, IRS, …).
  • activités, position de marché, clients et fournisseurs (conditions de paiement, habitudes de paiement, "ageing lists", concentration, …), composition et rotation des stocks, un exemple de contrat ou un contrat effectif dans certains cas.
  • patrimoine mobilier et immobilier de l'entreprise.
  • permis (même pour l'immobilier), licences, brevets, assurances, … (en fonction du secteur).

Une demande de crédit spécifique pour un nouveau projet contient des informations sur :

  • le projet lui-même.
  • le plan financier, à savoir l'objet du financement, les risques, le budget de l'entreprise, le cash flow, y compris les offres de fournisseurs, les engagements de bonne exécution et les garanties après livraison, la TVA, …
  • le financement du projet, notamment avec quels moyens disponibles ou forme de crédit et sur quelle période le projet sera financé (capital, crédit bancaire (via un ou plusieurs prêteurs), etc.), quelles garanties y sont attachées, comment et quand le financement sera utilisé.
  • les besoins futurs en fonds de roulement et leur mode de financement.
  • la capacité de remboursement du ou des crédits et les facteurs de risque dans la réalisation de projections de cash-flow (en cas de  "best", "normal" et "worst case")
  • accord à propos du mode de suivi de l'évolution du projet par rapport au plan
  • les conseils nécessaires (estimations, plan fiscal, scène internationale, etc.).
Tags: